Le promoteur s’est engagé publiquement à développer un volet « participation citoyenne », quelle qu’en soit la forme, mais en privilégiant l’implication des acteurs locaux, citoyens/riverains/communes. L’idée est clairement de développer l’avant-projet le plus en adéquation possible avec le cadre de vie local tout en tenant compte des aspirations du plus grand nombre de personnes impactées par le projet et ce, dans la plus grande transparence.

Vortex Energy Belgique ambitionne de présenter ces projets sans dérogations de la part des différents opérateurs et autorités amenés à rendre un avis, à savoir : la RTBF, l’IBPT, La Défense, Elia, Fluxys, Skeyes.

A ce stade, cet avant-projet prévoit d’ériger 8 machines d’une hauteur maximum de 180m.

Puissance totale moyenne de cet avant-projet :
8 x 3,5 MW = 28 MW.

L’avant-projet apparaît comme réaliste dans la mesure où il respecte les inter-distances et l’ensemble des contraintes. Soulignons le fait qu’ils font appel à une technologie adaptée et s’inscrivent dans le respect de la réglementation et des conditions sectorielles.

 

Bon à savoir :

Avec ce parc, Vortex Energy espère développer un projet fédérateur, au service des défis économiques et environnementaux de Clavier et de la Wallonie.

D’un point de vue économique, il est important de rappeler que ce parc génèrera des rentrées nouvelles pour la commune au travers d’une taxe perçue par mât érigé. L’entreprise entend par ailleurs permettre aux citoyens/riverains, mais aussi aux communes impactées, de prendre part aux projets au travers d’une ou plusieurs coopérative(s) citoyenne(s). L’idée est clairement qu’une éolienne soit citoyenne.

Vortex Energy propose enfin aux personnes intéressées par le projet d’intégrer un comité de suivi piloté par les chefs de projets.